LES DECOUVREURS

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mercredi 4 novembre 2015

LES DÉCOUVREURS CHANGENT LEUR BLOG

Sans_titre.png
Vous pouvez désormais nous suivre sur notre nouveau blog LES DÉCOUVREURS 2 qui proposera des mises en page plus attrayantes et des téléchargements plus faciles.

L’esprit restera le même avec cependant le souci de vous proposer avec les Dossiers davantage d’extraits significatifs d’œuvres. Pas seulement à caractère poétique.

Un onglet ARCHIVES DECOUVREURS 1 permettra de revenir à l’ensemble des billets et dossiers que nous avons publiés ici et que vous avez été très nombreux à consulter.

MERCI !!!

mercredi 21 octobre 2015

LA PAROLE OU LES MOTS : CE QUE SIGNIFIE LA POÉSIE DE CIRCONSTANCE.

Comme le remarque à juste titre Claude Vercey dans un tout récent numéro du magazine numérique qu’il anime, les grandes émotions collectives provoquées par les drames humains dont nous avons été ces derniers temps spectateurs, ont suscité « des vagues de poèmes émus » qui reposent la question de l’engagement du poète face aux tristes réalités de notre temps.

Nous partageons largement le sentiment de notre confrère qui considère comme l’écrivait déjà André Breton dans Misère de la Poésie que cette misérable production est le plus souvent misérablement régressive. Toutefois comme la question mérite quand même d’être approfondie nous croyons intéressant de contribuer un peu à son éclairage en proposant à nos lecteurs de revenir sur quelques–uns des temps forts qui – d’Apollinaire à Mahmoud Darwich - l’ont marquée tout au long de notre siècle passé.

Lire la suite...

vendredi 16 octobre 2015

UN POÈTE ET LA GUERRE : GUILLAUME APOLLINAIRE.

AQUARELLE__LAURENCIN.jpg
« Apollinaire depuis 2 mois rumine les cadavres avec Robert, tout le détail hideux des souffrances de guerre, la famine des camps, le froid dans la boue glacée des tranchées. Il «en met», il en ajoute — peut-on en ajouter ? Il n'en veut pas être retiré consolé. Deux mois il barbote dans l'horreur avec Robert, au point que je le blâme de ne vouloir considérer que la souffrance physique et d'y plonger sans trêve. »

Lire la suite...

lundi 12 octobre 2015

JOUBARBE DE CAMILLE LOIVIER.


JOUBARBE.jpgIl y a des bêtes vivantes et des animaux morts. Des perruches qui pourraient voler mais ne sortiront pas de leur cage. De l’ivoire qui n’est que du plastique jauni. Des choses lourdes aussi. Pas très belles. Encombrantes. Avec au milieu l’enfance. Qui ne finit jamais. Comme une petite cour. Un simple puits de lumière. Sur quoi s’ouvrent les fenêtres arrière de nos fragiles destinées humaines.

Lire la suite...

mardi 29 septembre 2015

APRÈS ? LA RAGE !




APRES_REMARQUE.jpgOn connait le livre d’E. M. Remarque À l’ouest, rien de nouveau dans lequel l’auteur évoque, à partir de sa courte expérience du front, de juin 1917 à la fin juillet de la même année, toute l’horreur de ce qui fut problématiquement appelé la Grande Guerre. Il est un livre, beaucoup moins lu, du même auteur, qui mériterait, sûrement, qu’on s’y penche avec autant d’attention : celui dans lequel il évoque le retour du front d’une bande d’anciens camarades d’école normale d’instituteurs que l’épreuve collective qu’ils ont subie, rend impropres à se fondre, pour la plupart d’entre eux, dans le moule retrouvé d’une société qu’ils ne reconnaissent plus et qu’ils découvrent très éloignée des valeurs et des comportements que la guerre a suscités chez eux.

Lire la suite...

lundi 31 août 2015

RENTREE DES DECOUVREURS


RENTREE.jpgCette année encore, LES DÉCOUVREURS se proposent d’accompagner les enseignants dans leur recherche d’actions originales, créatrices à la fois de sens et de valeurs, autour de la littérature vivante.

PROPOSITIONS DE RENTRÉE

Prix des Découvreurs 2015-2016
COUVERTURES_DECOUVREURS_15-16.jpgIl s’ouvre largement à l’international avec les ouvrages, en édition bilingue, d’un poète chinois et d’une poète irlandaise. Signalons aussi celui d’une poète syrienne, Fadwa Souleimane qui réfugiée en France tente de mettre des mots sur l'expérience profonde qu'elle a du conflit qui ensanglante son pays depuis de nombreuses années.
Le Dossier comme d’habitude très riche peut être téléchargé directement en quelques minutes ici

Les extraits illustrés contenus dans ce dossier offrent de nombreuses possibilités d’exploitation dans les classes même pour celles qui ne participeraient pas à l’ensemble de l’opération.

Découvrir un poète contemporain :
COUVERTURE_ARIANE.pngÀ la demande des Découvreurs, Ariane Dreyfus, a accepté de réaliser un choix de textes à partir des livres qu'elle a publiés chez divers éditeurs. Le livre comprend également un certain nombre d'inédits à paraître prochainement chez Flammarion. Chacune des diverses sections est précédée par de courts commentaires et quelques notes terminales en éclairent l'intention.
Les Découvreurs proposent aux professeurs qui voudraient profiter de cet ouvrage pour faire travailler leurs élèves sur un des poètes contemporains les plus appréciés d'aujourd'hui, de rencontrer l'auteur et d'échanger directement avec elle.
De manière à ce que les élèves puissent disposer chacun d'un ouvrage qui pourrait devenir leur tout premier livre de poésie écrit par un auteur vivant, les Découvreurs offriront aux établissements qui financeront notre venue en compagnie de l'auteur, la possibilité d'intégrer dans le coût des interventions, celui des livres, calculé à prix coûtant.
Voir

Paysages de la Grande Guerre à partir de l’oeuvre de Gisèle Bienne :
PAYSAGE_GUERRE.jpgSuite au projet proposé par le lycée Berthelot de Calais, qui s’est vu décerner le Label de la Mission du Centenaire, nous publions le Dossier d’accompagnement qui peut servir à travailler de façon originale sur les traces de la guerre 14-18.
Voir

Voir aussi nos extraits du roman de Dorgelès, Le Réveil des morts sur l’aventure de la reconstruction

lundi 6 juillet 2015

LA POÉSIE : POUR UN USAGE HUMAINEMENT HABITÉ, DÉSEMBRIGADÉ DE LA LANGUE !


Nous reproduisons ici l'avant -propos de notre Dossier de l'édition 2015-16 du Prix des Découvreurs. Nous voudrions insister de toutes nos forces sur le fait que notre combat pour rendre davantage visibles les diverses formes de poésie qui se publient de nos jours n'a rien d'une revendication d'esthète. D'une démarche élitiste. Encore moins d'un désir narcissique d'attirer l'attention sur soi.

La détermination avec laquelle nous tentons de faire s'ouvrir les portes des établissements à ces œuvres auxquelles beaucoup trop malheureusement préfèrent les ouvrages aseptisés issus de l'industrie culturelle, principalement de fiction, tient un peu de cette rage que pouvait déjà exprimer dans les années 60 - voir le beau livre que viennent de publier les éditions NOUS - un auteur comme Pier Paolo Pasolini horrifié par la montée des puissances politiques et culturelles de massification. Mais aussi la glorification par les puissances d'argent d'un art de pure forme dont on aurait expulsé la voix effrayante des contenus.

Lire la suite...

jeudi 2 juillet 2015

LE DOSSIER DE L'ÉDITION 2015-16 DU PRIX DES DÉCOUVREURS



Le dossier de l'édition 2015-16 du Prix des Découvreurs est d'ores et déjà disponible. Il sera suivi à la rentrée de septembre par un petit guide d'exploitation qui pourra se révéler également utile aux enseignants qui, intéressés par la poésie actuelle et les questions qu'elle soulève, mais ne souhaitant pas, pour l'instant, participer au prix, voudraient quand même profiter du matériel pédagogique que nous fournissons, à travers notamment nos nombreux extraits.

Comme chacun pourra le voir, le dossier de l'édition 2015-16, comprend de nombreuses illustrations qui expliquent que nous avons placé ce dossier sur un site de stockage afin de pouvoir le partager dans sa version originale sans perdre de qualité. Ces illustrations cherchent à susciter la curiosité des lecteurs mais aussi, partant d'éléments de culture relativement connus, à leur permettre un certain nombre d'entrées dans des textes qui autrement pourraient leur paraître parfois un peu déroutants. Nous espérons ainsi qu'entre textes et images se développe un dialogue fécond qui nourrisse dans les classes cette parole intelligente et sensible que nous souhaitons de tout cœur, avec nos amis professeurs, voir s'y développer.

DOSSIER PRIX DES DECOUVREURS 2015-2016

mercredi 24 juin 2015

LA VIE MOINS UNE MINUTE.

la-vie-moins-une-minute-de-marie-de-quatrebarbes.jpgOn va faire un voyage, et après ? (…) trace ta route // Tu accepteras mes mystères et j'accepterai les tiens. Entreprendre avec Marie de Quatrebarbes le voyage que nous propose son livre La vie moins une minute suppose sûrement qu'on suive à son tour cette injonction qui me semble d'ailleurs assez clairement définir le pacte de lecture sur lequel repose toute œuvre tant soit peu singulière. Toute œuvre en tout cas bâtie sur la conscience aigüe non pas de l'existence de je ne sais quel arrière monde mais de l'opacité fondamentale de l'être et des limites de la représentation.

Ce voyage auquel nous invite le livre de Marie de Quatrebarbes passe clairement par l'enfance, le désir, les choses du quotidien, les hommes, le sexe, la famille, le merveilleux , tout un appétit surtout, peut-être trop violent de vivre qui me paraît mal dissociable d'une angoisse profonde, de l'expérience intime aussi d'une forme d'anormalité rebelle à la fois subie et revendiquée.

Lire la suite...

samedi 20 juin 2015

QUE SONT LES GENS ? AURÉLIE FOGLIA.

COUVERTURE_GENS_DE_PEINE.jpgDrôle de mot que le mot gens. Nous nous en servons régulièrement pour désigner les autres. Les anonymer en catégories comme nous aimons faire de tout. Paresseux que nous sommes à distinguer le singulier, l'unique, sous l'étiquette commode des termes génériques. J'ai quant à moi, de plus en plus de difficultés face aux généralisations hâtives. Je déteste entendre parler des hommes en général, des femmes, des jeunes ou bien des flics. Du peuple aussi, bien sûr, pour ne rien dire des français, des arabes et même encore des politiques. Là où d'autres pensent Poésie, j'essaie de penser poèmes. Alors quand on parle devant moi des gens, je me défie de cette apparence de compassion, de cette morgue plus ou moins bien dissimulée, par laquelle parlant des autres, les uniformisant, nous nous régalons de l'illusion de notre souveraine et distincte supériorité.

Ce n'est pas exactement cette attitude que j'ai trouvée à l'œuvre dans le petit livre d'Aurélie Foglia, justement intitulé Gens de peine. Là où l'on pouvait craindre ces irrésistibles coulées de bons sentiments par lesquelles de belles âmes cherchent avant tout à exprimer leur hypocrite et tellement exceptionnelle sensibilité, l'ouvrage d'Aurélie Foglia se propose au contraire de réintégrer chacun de nos egos boursouflés, dans l'ordinaire collectif que nous formons quand même, des compris dans la masse, des promis à la mort qu'à travers la plupart de nos comportements, héros piètres, affolés à la perspective des gloires les plus infimes, nous nous refusons à être.

Lire la suite...

mercredi 17 juin 2015

NOUS RELEVONS DE L'HISTOIRE HUMAINE. EAVAN BOLAND.

Irish_potato_famine_Bridget_O_Donnel.jpgOui. Combien de fois, cherchant à découvrir un auteur, n'avons-nous pas regretté de n'avoir pas mis mieux à profit notre temps pour nous intéresser à toutes ces choses dont nous prenons conscience, page après page, que nous ne savons rien. Ainsi privés de la possibilité d'entrer dans les profondeurs de sens ouvertes par ces œuvres dont nous sentons bien que beaucoup nous échappe, ne nous reste qu'à nous débrouiller en recourant aux lieux communs de notre culture personnelle et à l'espèce particulière de sensibilité flâneuse que l'habitude de lire des textes qui nous débordent a quand même fini par développer chez nous.
Ainsi, lisant l'anthologie de la poète irlandaise Eavan Boland, Une femme sans pays, ai-je bien regretté d'être si affreusement ignorant de l'histoire complexe de l'Irlande par laquelle l'auteur se montre de toute évidence marquée et de celle si riche apparemment de sa poésie face à laquelle elle tente tout aussi manifestement d'exprimer sa propre singularité ! Heureusement la belle et bien éclairante introduction de Martine De Clercq joue son rôle qui est - nous fournissant aussi quelques nécessaires repères - de nous aider à mieux accomplir la traversée de l'œuvre de cette poète qui, depuis près d'un demi-siècle semble explorer l'incertaine frontière, entre soi et le monde, qui partage sa vie ; celle non moins mouvante aussi, du point de vue de la vérité, qui distingue sa voix tentant de dire, des représentations ou des figures par lesquelles plus ou moins librement elle est bien tenue de passer.

Lire la suite...

samedi 6 juin 2015

POURQUOI NOUS DEVONS LIRE JACQUES PAUTARD.

La_Condition_humaine_MAGRITTE.jpgNe cherchons pas à le nier: le livre de Jacques Pautard ''Grand chœur vide des miroirs'', n'est pas un livre totalement abouti. Long, parfois difficile à suivre et inutilement abstrait dans certaines de ses formulations, cet ouvrage risque de rebuter nombre de lecteurs qui ne parviendront pas non plus peut-être à digérer les pourtant puissantes et singulières métaphores qui en soulèvent constamment la langue penchant, par ailleurs, assez peu vers le chant.

Si pourtant nous avons trouvé nécessaire d'inclure cet ouvrage dans notre sélection 2015-2016 du Prix des Découvreurs c'est qu'au-delà de ce que le lecteur pourra - à plus ou moins juste titre - lui reprocher, ce livre reste porté par une nécessité vitale, un questionnement intime de soi-même et du monde dont il existe, je crois, peu d'exemples aussi forts dans la production poétique actuelle. Le lecteur qui en aura le courage - car il faut du courage pour lire de vrais livres - se rendra aussi compte que l'ouvrage de Jacques Pautard, issu d'un douloureux combat pour se découvrir lui-même, aborde des questions qui pour n'être pas d'aujourd'hui, sont cependant devenues parmi les plus pressantes et oppressantes du jour.

Lire la suite...

samedi 30 mai 2015

BÊTES FÉROCES DE L'ESPOIR


COUV_BOGOLAN.pngIl n'est jamais facile de parler bien d'un vrai livre de poèmes. Ou bien on le ramène à ses thématiques, on en dégage le discours, on en réécrit le roman et cela n'a plus rien à voir avec la matière générique sensible dont il procède; ou bien on pointe des influences, des intentions, décrit des formes et cela souvent ne dit plus rien de la nature traversante du texte qui n'atteint son lecteur que par sa résonnance. N'agit que par son retentissement.

Avec le Bogolan de Julien Delmaire on n'échappera pas cependant à la nécessité comme le fait sa quatrième de couverture d'indiquer que les quarante petits tableaux dont est réalisé l'ouvrage composent finalement l'histoire d'un africain qui revenu des mirages de l'Europe et de retour au pays natal, se redécouvre étranger dans le quartier de la grande ville où il a passé sa jeunesse.

Lire la suite...

samedi 16 mai 2015

GISÈLE BIENNE: NOUS DEMEURONS DANS LES MOTS.

LA_BRULURE.jpgElle pense qu'il fait bon, qu'il existe des joies pures, des instants d'enchantement. Elle pense qu'elle retrouvera la chaleur des vraies soirées, l'ivresse des vrais baisers.
Oserai-je avancer que c'est en rappelant à notre conscience l'image d'une existence possiblement vivifiée d'énergies et de présences heureuses, que la littérature et l'art en général remplissent l'une de leurs fonctions parmi les plus profondes. Et nécessaires. Qui est de dire non pas la vérité du monde. Mais la possibilité malgré tout de sa beauté. D'en provoquer toujours chez nous l'attente.

Cela ne va pas sans la reconnaissance bien entendu de sa cruauté diffuse. De l'ensemble des imbéciles conjurations par lesquelles nous trouvons à rendre notre vie un peu moins supportable. De la dénonciation aussi des multiples et toujours plus complexes machineries que des organisations sans scrupules à chaque étage de notre société mettent au service de leurs seuls intérêts nous réduisant alors à désespérer chaque jour davantage d'un progrès véritable de l'homme.

Lire la suite...

mercredi 13 mai 2015

AVEC EDDY LOUIS HARRIS: DES VOYAGES QUI EN VALENT LA PEINE!

 C'est toujours avec le plus grand plaisir que nous recevons notre ami l'écrivain américain installé en Charente, Eddy L. Harris. Nous ne reviendrons pas sur les interventions qu'il vient d'effectuer dans diverses classes de premières et de terminales dans un des établissements de l'Académie de Lille qui a pris l'habitude de l'accueillir tant dans ses classes de lettres que ses classes d'anglais. Il y produit toujours la même forte impression par sa liberté de ton et la joyeuse décontraction qu'on aimerait voir plus souvent s'afficher à l'occasion de ce type de rencontres. Nous voudrions plutôt aujourd'hui informer les lecteurs de ce blog de l'aventure unique que ce blackaméricain né en 1956 à Indianapolis, vient de réaliser et qui consiste, 30 ans après avoir descendu pour la première fois le Mississippi à bord d'un canoë et en avoir fait le récit dans un livre, Mississipi solo, devenu aux Etats -Unis une sorte de classique, à avoir reproduit l'aventure, accompagné cette fois par toute une équipe chargée d'en filmer le déroulement.

Lire la suite...

dimanche 26 avril 2015

JOURNÉE DÉCOUVERTES. À L'INTERSECTION DE LA PAROLE ET DE LA VIE.

AVEC LES AUTEURS INVITESC'est pratique aujourd'hui courante que de venir proclamer à cor et à cri la qualité d'exploit de ses moindres entreprises. Aussi n'aimons-nous pas trop vanter publiquement les réussites qui sont à l'occasion les nôtres.
Il nous semble toutefois que ce qu'a pu apporter à tous une Journée comme celle qui vient de se dérouler à la Bibliothèque des Annonciades de Boulogne-sur-Mer avec le concours de la Ville et celui du Rectorat de Lille est suffisamment rare pour mériter d'être signalé.

Lire la suite...

mercredi 15 avril 2015

SÉLECTION 2016 DU PRIX DES DÉCOUVREURS


ROMAN_COLLEGE_ECUIRES.pngNous dévoilons aujourd'hui la sélection du prochain Prix des Découvreurs qui sera attribué fin avril 2016. Nous l'avons placée cette année sous le signe d'une plus grande ouverture encore au monde.
La sélection comprend en effet, pour la première fois 3 ouvrages d'auteurs étrangers: celui de la jeune syrienne, Fadwa Souleimane, celui de l'irlandaise Eawan Boland, celui du chinois Yu Jian. Ces deux derniers étant d'ailleurs proposés en édition bilingue.

Lire la suite...

jeudi 9 avril 2015

ARMAND LE POÊTE : PRIX DES DÉCOUVREURS 2015 !


ARMAND_LE_POETE.pngOui. Après avoir couronné plus d'une quinzaine d'ouvrages composés par des poètes parmi les plus estimés de notre temps, nos Découvreurs ont largement choisi cette année de récompenser celui d'Armand le Poête, cet avatar quelque peu dysorthographique de l'écrivain Patrick Dubost !

Lire la suite...

mercredi 1 avril 2015

JACQUES DARRAS. TROIS LIVRES.

Inépuisable Jacques Darras. L'auteur d'''Irruption de la Manche'', tout juste après avoir tenté de tirer pour nous les leçons de la grande tuerie de 1914-18 avec ''Je sors enfin du bois de la Gruerie'', fait paraître, coup sur coup, chez différents éditeurs, rien moins que trois nouveaux livres qui, dans leur complémentarité, nous confortent dans l'idée que nous tenons bien avec lui l'un des poètes majeurs, les plus énergisants pour notre temps.

Lire la suite...

mardi 24 février 2015

LES DÉCOUVREURS PUBLIENT.


COUV_ET_DE_L_HIVER.jpgConscients de disposer aujourd'hui d'un réseau relativement nombreux d'hommes et de femmes engagés dans la défense d'une poésie bien de son temps qui ne renonce pas- en dépit de la situation misérable qui lui est faîte par les cultures de surface - à s'offrir au partage, les Découvreurs parallèlement à l'important travail de médiation qu'ils mènent depuis de nombreuses années, se sont décidés à créer une petite structure éditoriale dont nous espérons naturellement qu'elle trouvera sa place et sa raison au cœur de nos activités multiples.

Si les deux ouvrages par lesquels nous lançons cette entreprise sont signés d'un même nom, le mien, ce n'est pas que j'aie d'un coup cédé à d'irrésistibles pressions narcissiques, c'est que j'ai honnêtement médité le fait que ces ouvrages par leur complémentarité étaient à même de définir l'esprit de notre engagement, exposer les couleurs que nous entendons donner à notre action qui ne sont ni celles de la connivence excessive qui rassemble autour du vide, ni celles de ces ahurissantes ou étouffantes affirmations de singularité ou de modernité qui excluent aujourd'hui tout le monde.

C'est parce que nous sommes bien convaincus, que le monde que nous contribuons à entretenir par nos pensées d'habitude, nos comportements subornés, nous exile, chaque jour un peu plus de nous-mêmes, nous asphyxie sans que nous nous en rendions compte, que nous attendons de la poésie qu'elle nous fasse, dans un premier temps, bien sentir, éprouver, cette misère, cet hiver intérieur.

Mais que le poème surtout ne s'arrête pas là! Qu'il propose surtout dans sa communicable singularité une autre respiration. Découvre d'autres issues reconnaissables à la parole. Relance toujours davantage en nous cette mystérieuse et généreuse fermentation qui accompagne toute poussée créatrice.

Ainsi s'élargira la vie. La vie enfin rendue. Clarifiée. Immensifiée. La vie toujours à vivre. À dire. Voire à chanter. Par chacun. Inédite.

DECOUVRIR_NOUVELLES_EDITIONS_LD.pdf

- page 1 de 6