Ce sont des milliers d’élèves que le Prix des Découvreurs touche peu ou prou désormais chaque année. Des centaines et des centaines d’ouvrages de poésie actuelle - et de qualité ! - qu’il fait entrer dans des CDI qui n’en comptaient le plus souvent malheureusement aucun. Tout pour les morts. Nous nous félicitons bien entendu de ce succès. Mais il reste beaucoup à faire. Des milliers de rayons de poésie à créer, d’établissements à toucher. Des dizaines d’académies encore à pénétrer!

Pour cette édition 2014, nous pouvons toujours compter sur le soutien de divers partenaires : la Ville de Boulogne-sur-Mer qui depuis l'origine dote le prix, nous fournit l’assistance ô combien précieuse de toute l’équipe de sa superbe Bibliothèque des Annonciades; le Printemps des Poètes qui nous accompagne depuis plus de dix ans et à qui nous devons son élargissement au plan national; le Rectorat de Lille qui subventionne notre action à l’intérieur de l’Académie et nous a permis de toucher quantité de jeunes à travers les nombreuses rencontres que nous avons organisées dans le Nord –Pas-de-Calais; la Villa Marguerite Yourcenar, Résidence européenne d'écrivains soutenue par le Département du Nord, avec laquelle nous avons décidé d'ouvrir désormais régulièrement la sélection à un ouvrage publié en langue étrangère et traduit en français, la Maison des Ecrivains et de la Littérature (la MEL) qui a demandé à de venir notre partenaire dans le cadre de son programme de l'Ami Littéraire..

Mais cette mobilisation est surtout l’affaire des professeurs de lettres et des professeurs documentalistes eux-mêmes. C’est à eux qu’appartient de faire en sorte aussi partout que la poésie ne soit plus simplement pour le monde à venir qu’un mot dont on se gargarise à propos d’autre chose mais une réalité impliquant une relation essentielle allant, par les livres toujours plus nombreux, toujours plus présents, de la parole à la vie et de la vie à la parole. Chacun à notre place nous sommes, consciemment ou pas, les acteurs de la vie littéraire de notre époque. En faisant lire autour de nous, découvrir, des œuvres presque totalement ignorées des circuits médiatiques, ne représentant qu’une part infime, ridicule, des échanges économiques, nous manifestons notre volonté de ne pas nous voir dicter nos goûts, nos pensées, nos vies par les puissances matérielles qui tendent à régir le plus grand nombre. Et nous contribuons à maintenir vivante une littérature qui autrement manquera cruellement à tous demain. De ce que nous pouvons considérer comme un engagement, un combat, pour plus d’intelligence, d’ouverture et de présence vraies, nous pouvons être fiers !


Videos_capturees4.jpg