C'est aux alentours de l'an 1486 que Pic de la Mirandole alors âgé de 24 ans écrivit son célèbre Discours sur la Dignité de l'Homme, célébrant le pouvoir singulier que nous aurions, à la différence des autres créatures, absolument déterminées par leur nature, de définir celle-ci par nous-mêmes, de nous modeler, de nous façonner en nous attribuant librement la forme qui a notre préférence.
On ne chipotera pas comme le fait Voltaire, peut-être à juste titre sur l'érudition supposée d'un jeune homme qui prétendait connaître 22 langues et soutenir à Rome des thèses sur tous les objets des sciences, sans en excepter une seule. L'important c'est que nous prolongions la leçon d'ouverture de cet esprit remarquable qui aura cherché aussi tout au long de sa courte existence à faire consoner les philosophies les plus diverses, qu'elles soient d'origine grecque, juive, arabe ou chrétienne au lieu de chercher à les opposer, persuadé qu'il était qu'elles ne constituaient que les multiples versants d'une vérité qui restait toujours à trouver. S'attirant au passage l'implacable sollicitude du Pape Innocent VIII qui avec toute la supériorité d'esprit et le beau sens de la nuance qui caractérise en général les ayatollahs de tous poils déclara ses thèses "scandaleuses et offensantes pour des oreilles pieuses (...) susceptibles d'exciter l'impertinence des juifs (...) et de favoriser des arts ennemis de la foi catholique et du genre humain"!!!

LIRE CE DISCOURS