Ce fil tendu entre sa source et la mer/ - sinueux parfois - c'est la vie écrit Pierre Garnier dans son superbe poème intitulé La Somme. Et c'est sous le signe de cette belle image convoquée par la rivière Somme, cette courte rivière innombrable ne drainant pas moins de 18 affluents avant de se répandre dans sa vaste et profonde baie, cet immense atelier chimique, (…) s'ouvrant par des milliards et des milliards de pores en une sorte de parole confuse et douce plus proche du brouillard des soupes galactiques que de la phrase humaine (Jacques Darras) que nous aimerions placer cette nouvelle édition du Prix des Découvreurs. Oui, Somme. Somme comme la somme de tout ce que nous devons au monde. De toutes les énergies qui s'y rassemblent, s'y dépensent pour s'y produire, pour exister. On pensera naturellement au livre fabuleux du poète indien Kolatkar. Somme des souvenirs qui nous traversent, nous travaillent, proposant à notre cœur leurs singuliers voyages (Giovannoni, Loivier). Somme des multiples et diverses réalisations que l'occasion aussi bien que notre fidélité à certains paysages tant géographiques que littéraires auront conduit nos diverses pratiques intellectuelles ou artistiques à concevoir (Suel). Somme encore des images, des souvenirs romanesques, des destinées fictives que la fréquentation assidue d'un auteur qui fait corps avec nous, relie à nos chers bien réels disparus embarqués par notre imagination dans une même traversée du monde (Huot). Somme enfin des diverses personnalités auxquelles nous savons ou pas donner voix librement en nous-mêmes (Dubost et Armand le Poëte).

La Somme sort continuellement d'elle-même / tire une barque, un poisson, un oiseau / elle nage, elle écrit / elle vole presque…. C'est bien à cette sortie de soi-même, à cette libération de l'intelligence qui n'est pas que de la pensée, en tout cas pas la pensée raisonnante, étouffée, de système, que nous voudrions que ce grand corps fluant de textes que nous avons sélectionné, conduise nos Découvreurs. Qu'il soit pour eux excitation et voyage. L'occasion de multiples et durables emportements. D'étonnantes métamorphoses. Ajoutant de l'être à leur être en permanente évolution.

Pas besoin pour cela d'être un champion de l'analyse. D'être confirmé depuis des décennies dans sa qualité d'herméneute. Suffit d'un minimum d'attention et de curiosité. De savoir pratiquer aussi autrement la lecture. Autrement que de façon scolaire. Assurés que si les vrais livres, à la différence de la plupart des produits culturels, n'ont pas été fabriqués pour nous, en fait pour tirer profit de nous, c'est à notre intention finalement qu'ils existent, pour notre plus grand bénéfice. Qui consiste à savoir tirer d'eux les matériaux, les énergies, les libertés qui nous sont toujours plus nécessaires.

Si le but premier de notre vie reste vraiment de nous construire. Dans la plus large humanité.

NOTE:

Il est difficile chaque année de faire une sélection. Beaucoup de paramètres doivent être pris en compte. Depuis que les collégiens de troisième y ont accès, il faut quand même d'abord un peu se préoccuper de la lisibilité des textes pour un lectorat jeune qu'on n'a souvent guère habitué à des lectures un peu déroutantes et ambitieuses. Puis, il y a la question de l'ouverture. Ouverture à des écritures qui doivent rester diverses. A des auteurs d'origines distinctes. De différentes générations. Issus de maisons d'éditions variées. Allant du tout petit éditeur inconnu et précaire à l'entreprise la mieux établie.

Et puis encore, sans rechercher à tout prix de cohérence thématique qui ne pourrait être qu'artificielle, il est important de rassembler des textes susceptibles de se faire un peu écho, les uns aux autres, de se compléter aussi au niveau des choix d'écriture. Afin de ne pas simplement juxtaposer des œuvres mais leur offrir la possibilité, la chance d'une mise en relation dynamique et fertile.

Enfin, il nous faut penser aux demandes de rencontres qui nous serons faîtes avec les auteurs sélectionnés. Et nous devons bien songer à cet aspect si important des choses en nous préoccupant des disponibilités des auteurs. De leur capacité à intervenir dans les classes pour y rendre la poésie toujours plus vivante et attractive.

Chaque année nous renonçons ainsi à inclure bien des livres que nous aurions aimé faire découvrir. Et nous décevons sûrement bien des attentes auprès de ceux que nous avons pu pressentir. Chez d'autres aussi qui nous ont adressé leurs livres. La plupart comprennent. Et ne nous tiennent pas rigueur. Nos routes sûrement se recroiseront un jour. Certains malheureusement plus narcissiques et intéressés, nous balancent un courriel un peu aigre dont a bizarrement disparu toute forme même extérieure de politesse. C'est ça aussi, la vie.

A TELECHARGER POUR ORGANISER DES RENCONTRES RENCONTRES_DECOUVREURS.pdf