Oui, de la suite des poèmes vagabonds, réactifs, de Blaise Pascal et moi dans la voie lactée ( éditions Le Castor Astral) à la belle et accompagnatrice méditation qu'il consacre à la révolution picturale introduite en Europe par le peintre Brueghel ( Brueghel, les yeux ouverts, Creaphis éditions), en passant par ce recueil de réflexions, fortement habité, sur l'être aujourd'hui de notre pensée/ poésie aux prises avec le monde, qu'il a intitulé La Transfiguration d'Anvers (éditions Arfuyen), c'est bien à une redéfinition radicale de notre relation à l'espace et au temps, à une remise en question du fonctionnement comme de l'habitus un peu poussiéreux de nos imaginaires que nous sommes conviés. Contrairement à bien des courants de notre malheureuse contemporanéité qui se savent plus s'ouvrir qu'à leurs obscures végétations intérieures, voire qui se défient toujours du lyrisme et s'enferment du coup dans les prisons pas toujours drôles du langage retourné sur lui-même, Jacques Darras ne doute pas, lui, de la capacité de la poésie à traduire devers elle ce qu'il appelle "le massif de notre réalité".

Cela suppose pour lui de ne pas voir dans les sciences, dans les miracles de la technique, dans la multiplicité concurrente des langues et des langages, dans le silence éternel des espaces infinis une source d'effroi mais au contraire une puissance extraordinaire de jubilation, l'occasion de ressourcer toujours plus largement nos imaginaires en redynamisant les cours toujours à retracer, à inventer, de nos courtes, imparfaites mais insatiables existences .

Ainsi mélangeant le vertige pascalien de l'abîme à la gourmandise de tout le monde visible dont il sait aussi comme le peintre des Saisons mais également de la Parabole des aveugles et du Triomphe de la Mort les possibles folies meurtrières, les livres de Jacques Darras nous engagent à reconfigurer toute notre conception de l'art et du poème. En révisant avec lui leurs frontières. En les replaçant au croisement de la géographie, de l'histoire, de la philosophie et de la politique, pour ne rien dire de la géologie ou de l'astrophysique.

Pour se faire une idée de ces différents livres nous donnons dans le dossier ci-dessous un extrait de chacun et engageons le lecteur à lire sur POEZIBAO l'entretien que Jacques Darras a récemment donné à Florence Trocmé.

EXTRAITS_DARRAS.docx