LES DECOUVREURS

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Différences

Fil des billets - Fil des commentaires

lundi 31 août 2015

RENTREE DES DECOUVREURS


RENTREE.jpgCette année encore, LES DÉCOUVREURS se proposent d’accompagner les enseignants dans leur recherche d’actions originales, créatrices à la fois de sens et de valeurs, autour de la littérature vivante.

PROPOSITIONS DE RENTRÉE

Prix des Découvreurs 2015-2016
COUVERTURES_DECOUVREURS_15-16.jpgIl s’ouvre largement à l’international avec les ouvrages, en édition bilingue, d’un poète chinois et d’une poète irlandaise. Signalons aussi celui d’une poète syrienne, Fadwa Souleimane qui réfugiée en France tente de mettre des mots sur l'expérience profonde qu'elle a du conflit qui ensanglante son pays depuis de nombreuses années.
Le Dossier comme d’habitude très riche peut être téléchargé directement en quelques minutes ici

Les extraits illustrés contenus dans ce dossier offrent de nombreuses possibilités d’exploitation dans les classes même pour celles qui ne participeraient pas à l’ensemble de l’opération.

Découvrir un poète contemporain :
COUVERTURE_ARIANE.pngÀ la demande des Découvreurs, Ariane Dreyfus, a accepté de réaliser un choix de textes à partir des livres qu'elle a publiés chez divers éditeurs. Le livre comprend également un certain nombre d'inédits à paraître prochainement chez Flammarion. Chacune des diverses sections est précédée par de courts commentaires et quelques notes terminales en éclairent l'intention.
Les Découvreurs proposent aux professeurs qui voudraient profiter de cet ouvrage pour faire travailler leurs élèves sur un des poètes contemporains les plus appréciés d'aujourd'hui, de rencontrer l'auteur et d'échanger directement avec elle.
De manière à ce que les élèves puissent disposer chacun d'un ouvrage qui pourrait devenir leur tout premier livre de poésie écrit par un auteur vivant, les Découvreurs offriront aux établissements qui financeront notre venue en compagnie de l'auteur, la possibilité d'intégrer dans le coût des interventions, celui des livres, calculé à prix coûtant.
Voir

Paysages de la Grande Guerre à partir de l’oeuvre de Gisèle Bienne :
PAYSAGE_GUERRE.jpgSuite au projet proposé par le lycée Berthelot de Calais, qui s’est vu décerner le Label de la Mission du Centenaire, nous publions le Dossier d’accompagnement qui peut servir à travailler de façon originale sur les traces de la guerre 14-18.
Voir

Voir aussi nos extraits du roman de Dorgelès, Le Réveil des morts sur l’aventure de la reconstruction

samedi 20 juin 2015

QUE SONT LES GENS ? AURÉLIE FOGLIA.

COUVERTURE_GENS_DE_PEINE.jpgDrôle de mot que le mot gens. Nous nous en servons régulièrement pour désigner les autres. Les anonymer en catégories comme nous aimons faire de tout. Paresseux que nous sommes à distinguer le singulier, l'unique, sous l'étiquette commode des termes génériques. J'ai quant à moi, de plus en plus de difficultés face aux généralisations hâtives. Je déteste entendre parler des hommes en général, des femmes, des jeunes ou bien des flics. Du peuple aussi, bien sûr, pour ne rien dire des français, des arabes et même encore des politiques. Là où d'autres pensent Poésie, j'essaie de penser poèmes. Alors quand on parle devant moi des gens, je me défie de cette apparence de compassion, de cette morgue plus ou moins bien dissimulée, par laquelle parlant des autres, les uniformisant, nous nous régalons de l'illusion de notre souveraine et distincte supériorité.

Ce n'est pas exactement cette attitude que j'ai trouvée à l'œuvre dans le petit livre d'Aurélie Foglia, justement intitulé Gens de peine. Là où l'on pouvait craindre ces irrésistibles coulées de bons sentiments par lesquelles de belles âmes cherchent avant tout à exprimer leur hypocrite et tellement exceptionnelle sensibilité, l'ouvrage d'Aurélie Foglia se propose au contraire de réintégrer chacun de nos egos boursouflés, dans l'ordinaire collectif que nous formons quand même, des compris dans la masse, des promis à la mort qu'à travers la plupart de nos comportements, héros piètres, affolés à la perspective des gloires les plus infimes, nous nous refusons à être.

Lire la suite...

samedi 30 mai 2015

BÊTES FÉROCES DE L'ESPOIR


COUV_BOGOLAN.pngIl n'est jamais facile de parler bien d'un vrai livre de poèmes. Ou bien on le ramène à ses thématiques, on en dégage le discours, on en réécrit le roman et cela n'a plus rien à voir avec la matière générique sensible dont il procède; ou bien on pointe des influences, des intentions, décrit des formes et cela souvent ne dit plus rien de la nature traversante du texte qui n'atteint son lecteur que par sa résonnance. N'agit que par son retentissement.

Avec le Bogolan de Julien Delmaire on n'échappera pas cependant à la nécessité comme le fait sa quatrième de couverture d'indiquer que les quarante petits tableaux dont est réalisé l'ouvrage composent finalement l'histoire d'un africain qui revenu des mirages de l'Europe et de retour au pays natal, se redécouvre étranger dans le quartier de la grande ville où il a passé sa jeunesse.

Lire la suite...

mercredi 13 mai 2015

AVEC EDDY LOUIS HARRIS: DES VOYAGES QUI EN VALENT LA PEINE!

 C'est toujours avec le plus grand plaisir que nous recevons notre ami l'écrivain américain installé en Charente, Eddy L. Harris. Nous ne reviendrons pas sur les interventions qu'il vient d'effectuer dans diverses classes de premières et de terminales dans un des établissements de l'Académie de Lille qui a pris l'habitude de l'accueillir tant dans ses classes de lettres que ses classes d'anglais. Il y produit toujours la même forte impression par sa liberté de ton et la joyeuse décontraction qu'on aimerait voir plus souvent s'afficher à l'occasion de ce type de rencontres. Nous voudrions plutôt aujourd'hui informer les lecteurs de ce blog de l'aventure unique que ce blackaméricain né en 1956 à Indianapolis, vient de réaliser et qui consiste, 30 ans après avoir descendu pour la première fois le Mississippi à bord d'un canoë et en avoir fait le récit dans un livre, Mississipi solo, devenu aux Etats -Unis une sorte de classique, à avoir reproduit l'aventure, accompagné cette fois par toute une équipe chargée d'en filmer le déroulement.

Lire la suite...

dimanche 26 avril 2015

JOURNÉE DÉCOUVERTES. À L'INTERSECTION DE LA PAROLE ET DE LA VIE.

AVEC LES AUTEURS INVITESC'est pratique aujourd'hui courante que de venir proclamer à cor et à cri la qualité d'exploit de ses moindres entreprises. Aussi n'aimons-nous pas trop vanter publiquement les réussites qui sont à l'occasion les nôtres.
Il nous semble toutefois que ce qu'a pu apporter à tous une Journée comme celle qui vient de se dérouler à la Bibliothèque des Annonciades de Boulogne-sur-Mer avec le concours de la Ville et celui du Rectorat de Lille est suffisamment rare pour mériter d'être signalé.

Lire la suite...

mercredi 15 avril 2015

SÉLECTION 2016 DU PRIX DES DÉCOUVREURS


ROMAN_COLLEGE_ECUIRES.pngNous dévoilons aujourd'hui la sélection du prochain Prix des Découvreurs qui sera attribué fin avril 2016. Nous l'avons placée cette année sous le signe d'une plus grande ouverture encore au monde.
La sélection comprend en effet, pour la première fois 3 ouvrages d'auteurs étrangers: celui de la jeune syrienne, Fadwa Souleimane, celui de l'irlandaise Eawan Boland, celui du chinois Yu Jian. Ces deux derniers étant d'ailleurs proposés en édition bilingue.

Lire la suite...

jeudi 9 avril 2015

ARMAND LE POÊTE : PRIX DES DÉCOUVREURS 2015 !


ARMAND_LE_POETE.pngOui. Après avoir couronné plus d'une quinzaine d'ouvrages composés par des poètes parmi les plus estimés de notre temps, nos Découvreurs ont largement choisi cette année de récompenser celui d'Armand le Poête, cet avatar quelque peu dysorthographique de l'écrivain Patrick Dubost !

Lire la suite...

mardi 13 janvier 2015

HERBES ET MURS. OÙ CONDUISENT LES ÉVIDENCES ?

Grande_touffe_d_herbes_de_Durer.jpg
Est-ce le pré que nous voyons, ou bien voyons-nous une herbe plus une herbe plus une herbe? Cette interrogation que s'adresse le héros d'Italo Calvino, Palomar, comment ne pas voir qu'elle est une des plus urgentes que nous devrions nous poser tous, aujourd'hui que, du fait des emballements et des simplifications médiatiques souvent irresponsables, risquent de fleurir les plus coupables amalgames, les plus stupides généralisations et les fureurs collectives aveugles et débilitantes. C'est la force et la noblesse de toute l'éducation artistique et littéraire que de dresser, face à tous les processus d'enfermement mimétique, la puissance civilisatrice d'une pensée attentive, appliquée au réel, certes, mais demeurée profondément inquiète aussi de ses supports d'organes, de sens et de langage.

Lire la suite...

dimanche 11 janvier 2015

DIMANCHE 11 JANVIER 2015.


E_GLISSANT.jpg

vendredi 5 décembre 2014

UN POÈTE CHINOIS POUR AUJOURD'HUI: YU JIAN.

YU_JIAN.png
Nous français, sommes réputés pour très mal connaître les langues. Que dire alors de notre connaissance des poésies dîtes étrangères! Pourtant nous serions bien inspirés de nous y plonger davantage tant certains textes portés à notre connaissance par d'intrépides éditeurs et de non moins courageux et talentueux traducteurs nous semblent de nature à revivifier notre relation à ce genre, déçue parfois par des productions nationales un peu trop cérébrales .

L'accueil réservé cette année à l'extraordinaire ''Kala Ghoda'' du poète indien Arun Kolatkar dans les établissements qui participent à la dix-septième édition du Prix des Découvreurs constitue bien une preuve de la capacité d'accueil des publics scolaires, élèves et professeurs confondus, qui savent reconnaître quand une œuvre est porteuse d'une énergie vraie qui nous rend à la fois plus humains et plus forts. Le beau livre aussi de Sylvie Kandé, ''la Quête infinie de l'autre rive'' , qui nous obligeait à repenser totalement la psychologie du migrant africain, son histoire, sa culture et ses rêves en fut l'année passée malgré sa relative complexité un autre impressionnant exemple.

Lire la suite...

dimanche 9 novembre 2014

CES POÈMES NE ME LAISSENT PAS DORMIR !


Difficile de faire comprendre parfois que mon attachement au contemporain n'est en rien exclusif d'une profonde admiration que je voue aux grands écrivains du passé. Aussi pensé-je utile aujourd'hui de publier la réaction qu'un texte peut-être un peu rapide d' Antoine Emaz a suscité chez moi il y a quelque temps et que j'avais gardé dans le tiroir par amitié pour ce poète dont je connais par ailleurs si bien, l'ouverture et la profonde sensibilité à la chose poétique.

Je dédie ce billet aux élèves de Catherine Tall que je viens de rencontrer pour parler avec eux des voies et voix si diverses empruntées par la poésie contemporaine. Ainsi qu'aux élèves de Suzanne Sourget et d'Isabelle Vichery qui se sont montrés si accueillants lorsque Gisèle Bienne et moi les avons rencontrés pour évoquer la figure de Blaise Cendrars.

Lire la suite...

samedi 11 octobre 2014

DU POUVOIR ET DE L'IMPUISSANCE DES MOTS.

A._BOURGAIN.jpgLibre de l’obscure menace d’un étroit tombeau. On ne sait d’où vient cette phrase qu’on lit sur l’une des plaques scellées aux murets de ciment bas qui entourent pas trop joliment à Boulogne-sur-Mer, le Calvaire des marins qui domine le port. Une belle herbe dense régulièrement entretenue repose d’abord les yeux, jette en direction de l’horizon sa grande nappe végétale qui fait paraître en contrebas de la falaise, le sable plus tranquille, l’eau dans le ciel plus calme.

Lire la suite...

samedi 5 juillet 2014

LUCIEN SUEL DANS LE JARDIN DU MONDE.

je_suis_debout.gifDans un récent billet, j'évoquais Je suis debout le dernier livre de Lucien Suel, sélectionné dans le cadre du Prix des Découvreurs 2014-2015. J'y mettais essentiellement l'accent sur la pluralité et l'inventivité des formes mises en œuvre dans ce livre qui, en réponse à des sollicitations fort diverses, rassemble des textes écrits sur une assez longue période. Je voudrais aujourd'hui rendre davantage justice au caractère proprement extraordinaire et merveilleusement poétique de la démarche de cet auteur qui s'affirme aujourd'hui comme l'un des plus nécessaires en ce qu'il réaffirme visiblement la possibilité pour notre poésie de demeurer ce lieu majeur à partir duquel il nous est offert de nous éveiller vraiment au monde.

Lire la suite...

vendredi 27 juin 2014

JACQUES PAUTARD. LE SOLEIL N'EST JAMAIS SI BEAU QU'UN JOUR OÙ L'ON SE MET EN ROUTE.

Jacques_PAUTARD_couverture.jpgLes éditions Arfuyen viennent de publier le premier livre de poésie de l'écrivain comtois Jacques Pautard. Pour Gérard Pfister, son éditeur qui nous l'a fait découvrir, il s'agirait là du "premier poète beatnik de langue française". Sans nous prononcer sur la validité d'une telle assertion, il nous a paru juste d'aider un peu ici à la reconnaissance d'un auteur dont la nature fortement éprouvée et sincère de l'œuvre fait oublier son caractère parfois un peu chaotique. Grand chœur vide des miroirs intéressera quiconque aura vu dans l'appel de la route, ne serait-ce qu'un seul jour, l'occasion de "ne respirer que de l'air, de provoquer l'espace et le temps du flux ronflant de son seul sang", de se réinventer frère toujours émerveillé de l'auteur de Ma bohême et du Cabaret vert. Voire, du Narrateur des Grands Chemins de Giono à qui nous empruntons le titre de ce billet.

Lire la suite...

dimanche 4 mai 2014

PRIX DES DÉCOUVREURS 2014 AU POÈTE ESPAGNOL JUAN ANTONIO GONZÁLEZ IGLESIAS.

JAGI_AU_CHANNEL_AVEC_ELEVES_LYCEE_BERTHELOT.jpgC'est finalement au poète espagnol Juan Antonio González Iglesias que reviendra le Prix des Découvreurs 2014 pour son livre publié par les éditions Circé, Ceci est mon corps. Les élèves auront reconnu en lui, pour reprendre les mots d'une classe du lycée Charles de Gaulle de Vannes, une poésie chaude, festive, sanguine et érotique...

Ce n'est pas la première fois que les Découvreurs plébiscitent un auteur étranger. En 2002 déjà ils s'étaient portés sur l'œuvre de l'algérien Mohammed Dib. Avant de se déterminer en 2005 sur le merveilleux Exquise Louise du belge Eugène Savitzkaya. En 2011 puis en 2012 c'est la poète d'origine syrienne Maram Al Masri puis la luxembourgeoise Anise Koltz qui remportaient leurs suffrages.

Lire la suite...

jeudi 10 avril 2014

EMPÊCHER L'ESPRIT DE TOUJOURS PLUS S'INFIRMISER AVEC ARMAND LE POÊTE.

AMOURS_TOUJOURS_COUV.jpg
Ferons-nous grincer quelques dents en proposant aux élèves des collèges et des lycées qui nous accompagneront dans le cadre du prochain Prix des Découvreurs, d'entrer dans la poésie contemporaine à partir d'un ouvrage dont l'auteur annonce lui-même sur la page d'accueil de son site qu'il est dangereux pour les enfants et déconseillé par l'Education Nationale, a (sic) cause de l'orthographe ?

Lire la suite...

samedi 22 mars 2014

POURQUOI NOUS DEVONS LIRE BORIS GAMALEYA .

 Les éditions de l'Amandier nous ont récemment fait parvenir la dernière publication du grand poète réunionnais, Boris Gamaleya, Le Bal des hippocampes. Bien qu'âgé de plus de 80 ans et présentant à son actif de nombreux ouvrages, ce poète qui a pourtant fait l'objet, en 2004, d'un colloque international à l'initiative de l'UFR de Lettres de Nice, sous la responsabilité de Patrick Quillier, est encore largement méconnu, je ne dis pas du grand public qui s'intéresse toujours aussi peu à la poésie de son époque, mais du milieu même des poètes qui trouveraient cependant dans son œuvre de quoi confirmer en profondeur l'importance et la nécessité de leur engagement.

Lire la suite...

dimanche 23 février 2014

LA POÉSIE AU COEUR DES ARTS. N'OUBLIEZ PAS LES PAYSAGISTES !


Le Printemps des Poètes dont on ne célébrera jamais suffisamment la belle vitalité, la capacité d'entrainement des volontés dont il fait preuve, a décidé de mettre cette année la Poésie au cœur des arts. Nous nous en réjouissons bien entendu. Depuis toujours la musique a partie liée avec la poésie. Qui est aussi danse. Qui partage avec le théâtre un même souci de la présence et de la voix. Et dont toute l'époque moderne a montré à quel point ses relations avec la peinture ont stimulé leurs créations qu'elles soient communes ou simplement réciproques. Peinture, théâtre, danse, musique on ne manquera donc pas de célébrer un peu partout ces fécondes alliances. Y intégrant ici ou là, le cinéma, la vidéo et la photographie. Et bien entendu, nous l'espérons cet art typographique dont des gens comme François Da Ros par exemple avec lequel nous avons travaillé repoussent quotidiennement les limites.

Il existe toutefois un art qui me paraît devoir être un peu négligé à l'occasion de cet évènement. Un art avec lequel pourtant, la poésie a depuis toujours principalement à voir : celui aujourd'hui bien reconnu du paysagiste.

C'est pour pallier cette injustice relative - car déjà tout un récent Printemps des Poètes y fut intégralement dédié - que nous nous sommes autorisé à publier le texte ci-dessous consacré aux relations étroites que nous voyons entre le travail des poètes et celui des paysagistes qui furent d'abord jardiniers.

Les amateurs de jardins et de paysages y croiseront (mais très vite) les figures de Le Nôtre comme de Michel Courajoud, celles de Mallarmé et du moine Strabon. Dans une réflexion où l'on ne saura plus très bien ce qui est du poète ou bien du jardinier. Du ciel ou de la terre. De l'apparente fermeture des tracés et de l'ouverture qu'ils créent.

Télécharger le PDF:
POETE_ARTISTE_JARDINIER.pdf

vendredi 21 février 2014

DE LA DIGNITÉ OU DE L'IDENTITÉ DE L'HOMME ? PIC DE LA MIRANDOLE.

SMS_ENVOYE_POUR_RETRAIT_ECOLE.jpg
En cette période où de dangereux conglomérats d'individus prétendent avec l'appui irresponsable de certains politiques faussement ou réellement incultes réassigner à chacun la place "naturelle" qu'il est sensé occuper dans l'ordre du social, peut-être que rappeler ici le beau texte d'une des figures marquantes de notre Renaissance européenne ne sera pas superflu.

Lire la suite...

samedi 15 février 2014

DE LA POÉSIE À UNE AUTRE ÉCHELLE. JACQUES DARRAS RENCONTRE LES DÉCOUVREURS.

12-02-2014.jpgLes poètes épiques qui se donnent pour ambition d'inviter la totalité du monde à entrer dans leurs vers ne sont pas aujourd'hui, en France, parmi les plus nombreux. Ni ceux qui, à la manière des peintres expressionnistes, conservent l'audace de conférer à leur œuvre les couleurs d'un tempérament puissant, affranchi aussi bien des limites pâlichonnes et des chétives conventions qui font les petits succès actuels du grand nombre que de "l'inane phraseology" de certains esprits supérieurs que dénonçait déjà, vers 1800, l'anglais Wordsworth. C'est néanmoins en la personne de l'auteur d'Irruption de la Manche, un poète robuste, fortifiant, capable de magnifier le monde que les jeunes Découvreurs de quatre grands lycées du littoral de la Côte d'Opale viennent d'avoir la chance de rencontrer pour plonger avec lui dans un profond et revitalisant bain de temps.

Lire la suite...

- page 1 de 2