LES DECOUVREURS

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi 6 juillet 2015

LA POÉSIE : POUR UN USAGE HUMAINEMENT HABITÉ, DÉSEMBRIGADÉ DE LA LANGUE !


Nous reproduisons ici l'avant -propos de notre Dossier de l'édition 2015-16 du Prix des Découvreurs. Nous voudrions insister de toutes nos forces sur le fait que notre combat pour rendre davantage visibles les diverses formes de poésie qui se publient de nos jours n'a rien d'une revendication d'esthète. D'une démarche élitiste. Encore moins d'un désir narcissique d'attirer l'attention sur soi.

La détermination avec laquelle nous tentons de faire s'ouvrir les portes des établissements à ces œuvres auxquelles beaucoup trop malheureusement préfèrent les ouvrages aseptisés issus de l'industrie culturelle, principalement de fiction, tient un peu de cette rage que pouvait déjà exprimer dans les années 60 - voir le beau livre que viennent de publier les éditions NOUS - un auteur comme Pier Paolo Pasolini horrifié par la montée des puissances politiques et culturelles de massification. Mais aussi la glorification par les puissances d'argent d'un art de pure forme dont on aurait expulsé la voix effrayante des contenus.

Lire la suite...

samedi 20 juin 2015

QUE SONT LES GENS ? AURÉLIE FOGLIA.

COUVERTURE_GENS_DE_PEINE.jpgDrôle de mot que le mot gens. Nous nous en servons régulièrement pour désigner les autres. Les anonymer en catégories comme nous aimons faire de tout. Paresseux que nous sommes à distinguer le singulier, l'unique, sous l'étiquette commode des termes génériques. J'ai quant à moi, de plus en plus de difficultés face aux généralisations hâtives. Je déteste entendre parler des hommes en général, des femmes, des jeunes ou bien des flics. Du peuple aussi, bien sûr, pour ne rien dire des français, des arabes et même encore des politiques. Là où d'autres pensent Poésie, j'essaie de penser poèmes. Alors quand on parle devant moi des gens, je me défie de cette apparence de compassion, de cette morgue plus ou moins bien dissimulée, par laquelle parlant des autres, les uniformisant, nous nous régalons de l'illusion de notre souveraine et distincte supériorité.

Ce n'est pas exactement cette attitude que j'ai trouvée à l'œuvre dans le petit livre d'Aurélie Foglia, justement intitulé Gens de peine. Là où l'on pouvait craindre ces irrésistibles coulées de bons sentiments par lesquelles de belles âmes cherchent avant tout à exprimer leur hypocrite et tellement exceptionnelle sensibilité, l'ouvrage d'Aurélie Foglia se propose au contraire de réintégrer chacun de nos egos boursouflés, dans l'ordinaire collectif que nous formons quand même, des compris dans la masse, des promis à la mort qu'à travers la plupart de nos comportements, héros piètres, affolés à la perspective des gloires les plus infimes, nous nous refusons à être.

Lire la suite...

jeudi 9 avril 2015

ARMAND LE POÊTE : PRIX DES DÉCOUVREURS 2015 !


ARMAND_LE_POETE.pngOui. Après avoir couronné plus d'une quinzaine d'ouvrages composés par des poètes parmi les plus estimés de notre temps, nos Découvreurs ont largement choisi cette année de récompenser celui d'Armand le Poête, cet avatar quelque peu dysorthographique de l'écrivain Patrick Dubost !

Lire la suite...

samedi 14 décembre 2013

PIERRE GARNIER: UNE LIBERTÉ EN MOUVEMENT

extrait-louanges.jpg Peut-être qu'on ne voit pas assez comment tout le génie de la culture consiste aussi à emprisonner les choses dans les mots, les mots dans les idées. Les idées dans les systèmes. Le tout s'abâtardissant finalement dans le prêt à penser aujourd'hui de l'industrie politico-culturelle qui permet à chacun ce luxe de pouvoir affirmer librement et hautement des opinions fabriquées en dehors de lui.

Lire la suite...