LES DECOUVREURS

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mardi 29 septembre 2015

APRÈS ? LA RAGE !




APRES_REMARQUE.jpgOn connait le livre d’E. M. Remarque À l’ouest, rien de nouveau dans lequel l’auteur évoque, à partir de sa courte expérience du front, de juin 1917 à la fin juillet de la même année, toute l’horreur de ce qui fut problématiquement appelé la Grande Guerre. Il est un livre, beaucoup moins lu, du même auteur, qui mériterait, sûrement, qu’on s’y penche avec autant d’attention : celui dans lequel il évoque le retour du front d’une bande d’anciens camarades d’école normale d’instituteurs que l’épreuve collective qu’ils ont subie, rend impropres à se fondre, pour la plupart d’entre eux, dans le moule retrouvé d’une société qu’ils ne reconnaissent plus et qu’ils découvrent très éloignée des valeurs et des comportements que la guerre a suscités chez eux.

Lire la suite...

samedi 5 juillet 2014

LUCIEN SUEL DANS LE JARDIN DU MONDE.

je_suis_debout.gifDans un récent billet, j'évoquais Je suis debout le dernier livre de Lucien Suel, sélectionné dans le cadre du Prix des Découvreurs 2014-2015. J'y mettais essentiellement l'accent sur la pluralité et l'inventivité des formes mises en œuvre dans ce livre qui, en réponse à des sollicitations fort diverses, rassemble des textes écrits sur une assez longue période. Je voudrais aujourd'hui rendre davantage justice au caractère proprement extraordinaire et merveilleusement poétique de la démarche de cet auteur qui s'affirme aujourd'hui comme l'un des plus nécessaires en ce qu'il réaffirme visiblement la possibilité pour notre poésie de demeurer ce lieu majeur à partir duquel il nous est offert de nous éveiller vraiment au monde.

Lire la suite...

dimanche 23 février 2014

LA POÉSIE AU COEUR DES ARTS. N'OUBLIEZ PAS LES PAYSAGISTES !


Le Printemps des Poètes dont on ne célébrera jamais suffisamment la belle vitalité, la capacité d'entrainement des volontés dont il fait preuve, a décidé de mettre cette année la Poésie au cœur des arts. Nous nous en réjouissons bien entendu. Depuis toujours la musique a partie liée avec la poésie. Qui est aussi danse. Qui partage avec le théâtre un même souci de la présence et de la voix. Et dont toute l'époque moderne a montré à quel point ses relations avec la peinture ont stimulé leurs créations qu'elles soient communes ou simplement réciproques. Peinture, théâtre, danse, musique on ne manquera donc pas de célébrer un peu partout ces fécondes alliances. Y intégrant ici ou là, le cinéma, la vidéo et la photographie. Et bien entendu, nous l'espérons cet art typographique dont des gens comme François Da Ros par exemple avec lequel nous avons travaillé repoussent quotidiennement les limites.

Il existe toutefois un art qui me paraît devoir être un peu négligé à l'occasion de cet évènement. Un art avec lequel pourtant, la poésie a depuis toujours principalement à voir : celui aujourd'hui bien reconnu du paysagiste.

C'est pour pallier cette injustice relative - car déjà tout un récent Printemps des Poètes y fut intégralement dédié - que nous nous sommes autorisé à publier le texte ci-dessous consacré aux relations étroites que nous voyons entre le travail des poètes et celui des paysagistes qui furent d'abord jardiniers.

Les amateurs de jardins et de paysages y croiseront (mais très vite) les figures de Le Nôtre comme de Michel Courajoud, celles de Mallarmé et du moine Strabon. Dans une réflexion où l'on ne saura plus très bien ce qui est du poète ou bien du jardinier. Du ciel ou de la terre. De l'apparente fermeture des tracés et de l'ouverture qu'ils créent.

Télécharger le PDF:
POETE_ARTISTE_JARDINIER.pdf

samedi 15 février 2014

DE LA POÉSIE À UNE AUTRE ÉCHELLE. JACQUES DARRAS RENCONTRE LES DÉCOUVREURS.

12-02-2014.jpgLes poètes épiques qui se donnent pour ambition d'inviter la totalité du monde à entrer dans leurs vers ne sont pas aujourd'hui, en France, parmi les plus nombreux. Ni ceux qui, à la manière des peintres expressionnistes, conservent l'audace de conférer à leur œuvre les couleurs d'un tempérament puissant, affranchi aussi bien des limites pâlichonnes et des chétives conventions qui font les petits succès actuels du grand nombre que de "l'inane phraseology" de certains esprits supérieurs que dénonçait déjà, vers 1800, l'anglais Wordsworth. C'est néanmoins en la personne de l'auteur d'Irruption de la Manche, un poète robuste, fortifiant, capable de magnifier le monde que les jeunes Découvreurs de quatre grands lycées du littoral de la Côte d'Opale viennent d'avoir la chance de rencontrer pour plonger avec lui dans un profond et revitalisant bain de temps.

Lire la suite...

lundi 3 février 2014

GÉNÉROSITÉ DU POÈME. IRRUPTION DE LA MANCHE. JACQUES DARRAS


JACQUES_DARRAS.jpg Du 10 au 14 février prochain les Découvreurs accompagneront le poète Jacques Darras dans un certain nombre d'établissements de l'Académie de Lille. C'est l'occasion pour nous de revenir sur son livre Irruption de la Manche qui, entre autres, permettra sûrement aux jeunes gens de Dunkerque, Calais et Boulogne-sur-Mer qui le recevront, d'apprendre à lire les paysages qu'ils ont sous leurs yeux, avec un regard élargi, capable de leur donner sens au-delà des apparences.

Lire la suite...

dimanche 5 janvier 2014

SAVOIR REGARDER TOUT LE VIVANT IMMENSE: WILLIAM BARTRAM (1739-1823 )

DESSIN_DE_W._BARTRAM_State_Archives_of_Florida.jpgLes débuts d'année traditionnellement voués aux bilans et aux résolutions de tous ordres sont l'occasion pour chacun d'embrasser un temps plus large coloré du regret, certes, de ce que nous aurons malgré tout, laissé à jamais échapper mais de l'espérance aussi que l'espace que nous croyons ouvert à nouveau devant nous, nous permettra, qui sait, de ressaisir un peu de ce que nous avons perdu.

C'est pourquoi nous voudrions revenir aujourd'hui rapidement sur ce gros livre des Voyages de Bartram, que les éditions Corti, en la personne de Fabienne Raphoz et Bertrand Fillaudeau, nous ont offert, lors de leur venue à Calais, en février dernier. Un tel livre de quelques 500 pages, présenté comme une édition naturaliste, ponctué de nombreuses descriptions et de longues listes botaniques a de quoi faire un peu peur. Mais n'aura heureusement pas empêché les excellentes et nombreuses critiques qui en ont rendu compte et dont on pourra lire une partie ici.

Lire la suite...