LES DECOUVREURS

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

samedi 30 mai 2015

BÊTES FÉROCES DE L'ESPOIR


COUV_BOGOLAN.pngIl n'est jamais facile de parler bien d'un vrai livre de poèmes. Ou bien on le ramène à ses thématiques, on en dégage le discours, on en réécrit le roman et cela n'a plus rien à voir avec la matière générique sensible dont il procède; ou bien on pointe des influences, des intentions, décrit des formes et cela souvent ne dit plus rien de la nature traversante du texte qui n'atteint son lecteur que par sa résonnance. N'agit que par son retentissement.

Avec le Bogolan de Julien Delmaire on n'échappera pas cependant à la nécessité comme le fait sa quatrième de couverture d'indiquer que les quarante petits tableaux dont est réalisé l'ouvrage composent finalement l'histoire d'un africain qui revenu des mirages de l'Europe et de retour au pays natal, se redécouvre étranger dans le quartier de la grande ville où il a passé sa jeunesse.

Lire la suite...

jeudi 9 avril 2015

ARMAND LE POÊTE : PRIX DES DÉCOUVREURS 2015 !


ARMAND_LE_POETE.pngOui. Après avoir couronné plus d'une quinzaine d'ouvrages composés par des poètes parmi les plus estimés de notre temps, nos Découvreurs ont largement choisi cette année de récompenser celui d'Armand le Poête, cet avatar quelque peu dysorthographique de l'écrivain Patrick Dubost !

Lire la suite...

vendredi 20 février 2015

JACQUES DARRAS ET LE POÈME D'ACTUALITÉ.

Jacques Darras vient de publier au Castor Astral dans la collection "Les Passeurs d'Inuits", un nouveau livre de poèmes au titre dont il a le secret: Blaise Pascal et moi dans la voie lactée. Comme le savent les lecteurs de ce blog, nous aimons Jacques Darras, pour, entre autres multiples raisons, la générosité de son écriture, la capacité qu'elle a de nous donner une plus vive et large intelligence du monde tout en nous réaccordant, de manière jubilatoire, à la vie.

Dans ce nouvel opus, comme on dit, Jacques Darras, sans rien oublier de la vaste culture dont il se nourrit, ni rien abandonner de ses exigences, nous livre une poésie d'au jour le jour, de primesaut, qui prouve une fois encore la relation étroite que la parole poétique ne peut manquer d'entretenir avec les mille et une sollicitations de l'existence quotidienne. Avec ce qu'on pourrait aussi appeler cette actualité qui n'est toutefois pas celle toute plate et finalement vide des journaux mais celle qui, courant à l'intérieur de nous, bruit, s'amplifie, traverse, emplie qu'elle est de tous ces présents du monde qu'y accueillent conscience et sensibilité, tenues constamment en alerte.

À preuve ce poème écrit suite à une intervention, un lendemain d'élection, au lycée Carnot de Bruay La Buissière :

JACQUES_DARRAS_BRUAY.pdf

dimanche 25 janvier 2015

OUVERTURE DU POÈME.

Le monde est mon lieu dit le poème. Langage est horizon. C'est par ces deux courtes phrases que Lionel Ray a encadré le livre qu'il vient de publier aux éditions Al Manar, sous le titre De ciel et d'ombre. Pourtant jaillie de l'intériorité, reposant tout entière sur la voix, la voix fragile et forte du frisson et des frémissements, l'œuvre inquiète de Lionel Ray comme je l'écrivais à propos de Matière de nuit ne demeure pas enfermée dans les limites étroites du moi. Elle rappelle au contraire combien dans ses profondeurs intimes la parole poétique est orientée vers l'ouvert et l'accidentel. À quel point, pour elle, les mots sont semblables à des mains. Qui se ferment et s'ouvrent. Impuissantes sans doute à toujours retenir voire à clairement désigner tout cela qui existe et avive. Mais au moins tendues vers.

Lire la suite...

lundi 3 février 2014

GÉNÉROSITÉ DU POÈME. IRRUPTION DE LA MANCHE. JACQUES DARRAS


JACQUES_DARRAS.jpg Du 10 au 14 février prochain les Découvreurs accompagneront le poète Jacques Darras dans un certain nombre d'établissements de l'Académie de Lille. C'est l'occasion pour nous de revenir sur son livre Irruption de la Manche qui, entre autres, permettra sûrement aux jeunes gens de Dunkerque, Calais et Boulogne-sur-Mer qui le recevront, d'apprendre à lire les paysages qu'ils ont sous leurs yeux, avec un regard élargi, capable de leur donner sens au-delà des apparences.

Lire la suite...

vendredi 17 janvier 2014

CAR TOUTE PEINE EST SUPPORTABLE DANS LA CLARTÉ.


MOTHERWELL_Elegy34.jpgPourquoi travailler à mettre ses émotions en mots? N'est-ce pas suffisant de les vivre, tout simplement? Surtout si elles sont douloureuses. Et qu'on sait l'écriture impuissante.
Un poème a t'il jamais ramené personne à la vie?

Questions pertinentes auxquelles il est nécessaire d'apporter des réponses à la fois claires et constructives. C'est à cela que s'est employé le poète Olivier Barbarant face aux lycéens venus l'interroger sur ses Élégies étranglées.

Lire la suite...

mercredi 15 janvier 2014

OLIVIER BARBARANT À LA RENCONTRE LES DÉCOUVREURS.


Olivier Barbarant nous a fait le plaisir de venir parler aux découvreurs des lycées Jean-Bart de Dunkerque, Berthelot et Coubertin de Calais.
Voici quelques images de ces rencontres dont une partie s'est déroulée dans la salle attenante à la belle libraire Actes-Sud de la Scène Nationale du Channel.
On y remarquera aussi bien la joie visible de nos jeunes découvreurs que celle de leurs professeurs qui se sont montrés particulièrement sensibles à l'attentive simplicité avec laquelle - nous y reviendrons - l'auteur s'est efforcé d'éclairer pour eux ses choix esthétiques et la nature particulière de son travail.

OLIVIER_BARBARANT_JEAN-BART_DUNKERQUE.jpg

OLIVIER_BARBARANT_BARTHELOT_CALAIS.jpg

Pour voir les photos en haute définition, cliquer sur ce lien.